Du cannabis dans mon armoire à pharmacie?

Du cannabis dans mon armoire à pharmacie?

Par Isabelle Bergeron

Crédit photo: Kimzy Nanney via Unsplash

On entend tous parler des bienfaits du cannabis médicinal, mais est-ce vraiment pour nous? Réponses d’experts.

Après un cancer du cerveau en 2009, puis un cancer du sein en 2015, Véronique Lettre s'est tournée vers le cannabis médical. «Ç’a été une révélation! Avant, je prenais beaucoup de médicaments qui entraînaient beaucoup d’effets secondaires.» Comme elle n’a pas été guidée dans sa démarche, l’ancienne spécialiste en marketing a décidé, en 2018, de fonder Nature Médic, une clinique de cannabis médical. Elle a aussi signé un ouvrage sur le sujet. «J’ai créé ce que j’aurais voulu avoir quand j’en avais besoin.» Aujourd’hui, plus de 1500 personnes fréquentent son établissement. «Notre patient le plus âgé a 97 ans!» 


Un traitement comme les autres?

Autrefois strictement réservé à la recherche, le cannabis médicinal est désormais généralement admis comme remède au Canada depuis 2001, en vertu du Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales. «C’est un traitement complémentaire aux traitements traditionnels, explique le Dr Antonio Vigano, directeur de recherche à Santé Cannabis, une clinique médicale et de recherche. Il n’est jamais prescrit en première ligne, seulement en deuxième ou en troisième. Le message du Collège des médecins, c’est que les traitements conventionnels doivent primer.»

Expert désigné en cannabis médical par la Cour du Québec, le Dr Vigano a fait plusieurs recherches sur le sujet, dont le Registre Cannabis Québec. Cette vaste étude menée pendant quatre ans auprès de 3000 personnes visait à collecter des données sur les bienfaits thérapeutiques du cannabis médical. Les résultats de l’étude, terminée il y a un an, seront publiés sous peu. Sans pouvoir en dévoiler la teneur pour l’instant, le Dr Vigano avoue néanmoins qu’ils sont encourageants, «tant sur le plan de l’efficacité que de la sécurité».

 

Curatif ou récréatif?

Les souches du cannabis médical peuvent différer. Les concentrations en tétrahydrocannabinol (THC) et en cannabidiol (CBD) aussi. Le premier est le principal composé psychoactif du cannabis, celui qui produit l’effet euphorisant recherché par les consommateurs de cannabis récréatif. Le CBD, lui, ne provoque pas d’effets psychotropes, mais aurait certaines vertus médicinales, notamment pour combattre la douleur chronique, surtout de type inflammatoire, et des propriétés de relaxant musculaire. De fait, plusieurs produits de cannabis médicinal sont particulièrement riches en CBD. Pour bénéficier véritablement du cannabis médicinal, il est toutefois nécessaire d’avoir un traitement personnalisé, qui tient compte de notre état de santé, de nos symptômes, de notre métabolisme et de notre médication. «L’évaluation médicale est très importante, insiste le Dr Vigano. Et les suivis le sont tout autant.» 


On l’obtient comment?

Une ordonnance d’un médecin est nécessaire pour s’inscrire auprès d’un producteur autorisé par Santé Canada afin d’obtenir du cannabis médical. La loi permet également aux usagers de cultiver eux-mêmes leur cannabis. En mars 2020, au Canada, il y avait près de 330 000 inscriptions auprès d’un vendeur de cannabis médical autorisé et plus de 35 000 personnes qui en cultivaient pour leur usage personnel. 


Peut-on le fumer?

C’est à éviter, répond le Dr Vigano. «Ça réduit son efficacité de moitié. L’effet est plus instantané, mais plus court. Fumer le cannabis se rapproche de l’usage récréatif.» Mieux vaut privilégier la vaporisation ou la voie orale (huiles), qui sont les formes d’utilisation prescrites.

 

Est-ce efficace contre la douleur chronique?

Selon de nombreuses recherches menées jusqu’à présent, le cannabis contribue à soulager certains symptômes liés à la douleur chronique, à la sclérose en plaques, à la maladie de Parkinson, à l’insomnie, à l’anorexie, à l’épilepsie et autres malaises. «Environ 80 % de notre clientèle consulte pour des symptômes associés à la douleur chronique, à l’insomnie et à l’anxiété, mentionne Véronique Lettre. Le reste des clients viennent pour d’autres maux, comme le Parkinson et le cancer.» Le Dr Vigano ajoute que le cannabis médicinal peut aussi faire réagir le système endocannabinoïde de manière favorable. Celui-ci est un ensemble de récepteurs cellulaires et de molécules dont la principale fonction est de produire l’homéostasie, qui permet de garder l’organisme stable en dépit de la faim, de la douleur ou de la fatigue, par exemple en régulant l’appétit ou la température corporelle. Chez certaines personnes, le cannabis médicinal est plus efficace contre la douleur chronique que d’autres médicaments. Mais surtout, il n’a généralement pas d’effets secondaires graves, contrairement à ces derniers. «En fait, on a constaté qu’il en avait très peu», souligne le médecin.

 

Et pour l’humeur?

Sur le plan physique, les bénéfices du cannabis médicinal sont nombreux. «Il peut vraiment améliorer la qualité de vie», affirme le Dr Vigano. Il produit aussi un effet significatif sur l’humeur et la réduction du stress. Cela dit, si on souffre de troubles mentaux (dépression, anxiété, etc.), on ne doit pas négliger l’évaluation médicale et d’autres traitements plus traditionnels. D’autant que, dans certains cas comme la schizophrénie ou la bipolarité, l’usage du cannabis médical peut avoir des effets néfastes. Le spécialiste insiste d’ailleurs sur les dangers de l’automédication. Bien que les contrindications – problèmes cardiaques, grossesse, certaines maladies mentales, interactions possibles avec certains médicaments –, ne soient pas si nombreuses, seul un traitement personnalisé permet un meilleur usage du cannabis médical. 


Traite-t-il le cancer?

Le cannabis médical ne vient pas à bout du cancer. «Il aide à soulager certains symptômes liés aux traitements, comme la perte d’appétit et les nausées, mais il ne guérit pas, précise le DVigano. En laboratoire, on a observé un effet antitumoral, mais d’autres recherches seront nécessaires pour prouver l’efficacité en ce sens.» 


Peut-on en consommer à tout âge?

Si les Canadiens de 65 ans et plus ne représentent que 7 % des consommateurs de cannabis, c’est néanmoins parmi ce groupe d’âge que la progression est la plus rapide. En effet, selon Santé Canada, 40 000 personnes (moins de 1 %) de cette tranche d’âge ont déclaré en avoir consommé en 2012. Or, en 2019, ce nombre a grimpé à plus de 400 000! Les aînés sont aussi les plus nombreux à en prendre pour des raisons médicales. «On remarque plus d’ouverture au cannabis médical chez cette partie de la population, confirme le Dr Vigano. Et les produits riches en CBD sont particulièrement populaires.»

Par ailleurs, une étude publiée dans The European Journal of Internal Medicine révélait que l’usage du cannabis thérapeutique serait efficace pour réduire les douleurs chez les 65 ans et plus. Une autre étude menée de 2015 à 2017 auprès de 2700 personnes dans la même catégorie d’âge concluait que l’usage du cannabis médicinal diminuait la prise d’autres médicaments, dont les opioïdes. Le cannabis médicinal serait particulièrement efficace pour soulager les douleurs liées à l’arthrose, notamment. «Cela dit, on ne doit pas cesser de prendre un médicament sans l’avis de notre médecin, prévient l’expert. Le cannabis médicinal demeure un traitement complémentaire.» 

Pour en savoir plus: Santé Canada à canada.ca, Santé cannabis à santecannabis.ca, Le cannabis médicinal: le connaître et l’utiliser, par Véronique Lettre (Éditions du Trécarré) et Le cannabis: pharmacologie et toxicologie, par Mohamed Ben Amar, auteur et éditeur.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos