Lentilles cornéennes: les nouveautés

Lentilles cornéennes: les nouveautés

Par Jacqueline Simoneau

Crédit photo: iStockphoto.com

Outre les lentilles monofocales qui corrigent la myopie ou l’hypermétropie et les lentilles multifocales à foyers segmentés ou progressifs qui corrigent la presbytie, il existe une panoplie de lentilles et de traitements conçus pour protéger vos yeux, améliorer votre vision et assurer votre confort. En voici quelques-uns. 

 

Les lentilles haute définition (HD) ou numériques. 

Selon certaines publicités, vous verrez le monde comme dans votre télé HD! En réalité, il n’existe pas de lentilles HD à proprement parler. Cette expression signifie simplement que les lentilles numériques utilisent une nouvelle technologie permettant la personnalisation de l’ordonnance selon les particularités de chaque client. Résultat: une plus grande précision dans la fabrication des verres et une meilleure clarté visuelle.

 

Les personnes qui bénéficient le plus de cette technologie sont celles qui portent des verres progressifs en permanence; qui ont un problème de la vue important (myopie moyenne à élevée ou hypermétropie élevée); qui possèdent de grandes pupilles; qui perçoivent des halos ou des éblouissements; qui ont de la difficulté avec les contrastes (durant la conduite nocturne, par exemple) ou qui ont besoin d’une vision très précise dans l’exécution de leur travail. 

 

Lentilles à foyers dégressifs – ou d’ordinateur. 

Elles s’avèrent pratiques pour ceux qui passent de longues heures devant l’écran de leur ordi. Contrairement aux lentilles progressives traditionnelles qui obligent à relever constamment la tête afin de regarder dans la partie inférieure des lentilles (douleur au cou assurée !), celles-ci permettent d’adopter une position ergonomique et confortable devant l’appareil. La vision est aussi plus nette.

 

Le hic: si les verres dégressifs permettent de visualiser les documents situés près de l’écran, ils ne permettent généralement pas de voir clairement au-delà de cette distance intermédiaire. Une seconde paire de lunettes peut être nécessaire.

 

Conseil: pour que le travail à l’ordinateur fatigue moins vos yeux, éliminez les sources d’éblouissement et prenez des pauses fréquentes. 

 

Traitement antirayures.

Grâce à l’ajout d’une couche de protection, les lentilles en plastique ou en polycarbonate résistent mieux aux rayures. Un tel traitement est quasi obligatoire pour ce type de lentilles.

 

En effet, les lentilles en polycarbonate seront rayées et inutilisables en quelques jours si elles ne sont pas traitées, tandis que les lentilles en plastique connaîtront le même sort après quelques semaines ou quelques mois. Le traitement n’empêchera pas vos verres de s’égratigner, mais il les rendra plus résistants.

 

Traitement antireflets.

Il élimine non seulement les réflexions lumineuses sur la surface des lentilles, mais augmente de 20 à 30% la quantité de lumière qui traverse les lentilles ophtalmiques. La perception est ainsi améliorée, notamment dans la pénombre ou sous un éclairage tamisé. Un incontournable notamment pour les porteurs de lentilles progressives à temps plein, les camionneurs et conducteurs nocturnes, ceux qui travaillent à l’ordinateur ou sous un éclairage multiple et les personnes qui souffrent d’une pathologie oculaire (opacité de la cornée, cataracte, etc.), qui portent des lentilles amincies, qui ont une amétropie de moyenne à forte ou qui sont soumises à des réflexions dérangeantes (fenestration importante, par exemple).

 

En optant alors pour un traitement antireflets sur la surface interne de vos verres, vous minimiserez également les risques de réflexion dans les yeux des rayons solaires provenant de l’arrière de la tête. Autrement, l’exposition aux UV sera presque aussi élevée que lorsque vous ne portez pas de lunettes solaires. Par ailleurs, la nouvelle génération d’antireflets enrobe le verre d’une pellicule qui rend les lentilles hydrophobes, donc plus faciles à nettoyer et moins salissantes sous la pluie ou la neige.

 

Seul hic: les verres antireflets sont très sensibles aux éléments chimiques (laques pour cheveux, entre autres) et à la chaleur intense (près du four, sur le tableau de bord de l’automobile, en plein soleil, etc.). Soumis fréquemment à ces conditions, ils se détériorent rapidement.

 

Traitement photochromique (lentilles de transition).

Les lentilles s’obscurcissent lorsque la luminosité devient plus grande, au soleil par exemple. Le traitement est habituellement combiné à un filtre UV400 qui bloque la totalité des rayons solaires causant des pathologies oculaires, telle la cataracte. Parfait pour ceux qui ne veulent pas s’encombrer de deux paires de lunettes.

 

Si vous êtes habitué de porter des verres solaires, il est cependant possible que vous ne trouviez pas ces lentilles assez performantes dans certaines situations. En auto par exemple, comme le pare-brise filtre une partie des rayons UV, les lentilles deviendront moins foncées que les lunettes solaires. Aussi, certains traitements photochromiques réagissent différemment aux températures extérieures, fonçant les lentilles davantage lorsqu’il fait froid et moins lorsqu’il fait chaud. Et avec le temps, le pigment réagit moins vite et moins intensément: les lentilles tendent à rester légèrement teintées à l’intérieur et moins teintées à l’extérieur. À vous de voir.

 

Traitement antibuée.

Exaspéré par la buée sur vos verres lorsque vous rentrez de l’extérieur par temps froid, que vous pratiquez une activité de plein air ou que vous cuisinez? L’antibuée est pour vous. Il permet aux minuscules gouttelettes d’eau qui forment la buée de se répartir sur la surface du verre en un film uniforme et invisible laissant passer la lumière, au lieu de perler à la surface.

 

Seule contrainte: pour activer cette couche antibuée, il faut appliquer au moins une fois par semaine un concentré sur les verres traités.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Éditrice et rédactrice en chef

Briser la glace

Vidéos