Le programme québécois de dépistage du cancer du sein

Le programme québécois de dépistage du cancer du sein

Par Marie-Christine Tremblay

Crédit photo: Société canadienne du cancer

Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein s'adresse à toutes les femmes de 50 à 69 ans en les invitant à passer une mammographie tous les deux ans. Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, chaque année, il y a plus de 6 000 nouveaux cas de cancer du sein dont près de 80% touchent des femmes de 50 ans et plus. Et on estime qu'environ 1 500 femmes meurent de ce cancer chaque année.  

Jusqu'à maintenant, les données scientifiques démontrent que la mammographie utilisée comme outil de dépistage peut réduire la mortalité causée par le cancer parce qu'elle permet de déceler des tumeurs aussi petites que 3 mm. Et plus la tumeur est petite, moins contraignants sont les traitements et plus grandes sont les chances de guérison. La mammographie permet de détecter une bosse bien avant qu'elle soit palpable par examen clinique des seins par un médecin ou par autoexamen, deux méthodes dont l'efficacité a été mise en doute en ce qui a trait à la diminution du taux de mortalité causé par le cancer du sein, mais qui demeurent de mise pour détecter des changements qui pourraient signaler une anomalie.  

Comment fonctionne le programme

Dès qu'une femme devient admissible au programme, elle reçoit une lettre d'invitation à passer une mammographie de dépistage. Cette lettre sert de prescription médicale. Il n'est donc pas nécessaire de voir un médecin pour passer l'examen. Afin de faciliter la décision de participer au programme et la prise de rendez-vous, une brochure d'information sur le Programme de dépistage et une liste des cliniques et des centres de dépistage participants accompagnent la lettre. 

Si une personne n'a pas encore passé la mammographie quatorze semaines après la lettre d'invitation, elle recevra une lettre de relance. Et une lettre de rappel sera envoyée à tous les deux ans après la première mammographie.

Les résultats

Après avoir passé la mammographie de dépistage, la personne recevra une lettre de résultat 10 jours ouvrables après l'examen. Tout en s'avérant normaux, ces résultats peuvent indiquer des signes cliniques et des lésions bénignes sans lien avec un cancer mais ayant besoin d'un suivi particulier. Les résultats seront alors transmis au médecin traitant.  Si une anomalie est détectée, la lettre mentionnera que des examens complémentaires sont requis et les résultats seront alors transmis au médecin traitant de la personne qui prendra en main la suite des choses.

Le Mémo-mamo de la Société canadienne du cancer (SCC)

Chaque année, la Société canadienne du cancer tient la campagne Mémo-mamo pour inciter les femmes de 50 à 69 ans à participer au Programme québécois de dépistage du cancer du sein. Le porte-clé Mémo-mamo illustre bien l'efficacité de la mammographie dans le dépistage du cancer du sein avec deux perles de tailles différentes: une grosse perle, qui représente la taille d'une bosse pouvant être décelée par la femme elle-même et une petite perle, de la taille d'une tête d'épingle, qui représente la taille d'une bosse pouvant être décelée par mammographie. Le porte-clé est offert au coût de 5$ au comptoir des ordonnances des pharmacies Jean-Coutu. Tout l'argent recueilli est versé à la Société canadienne du cancer. 

Pour en savoir plus

Programme québécois de dépistage du cancer du sein.

Le Mémo-mamo de la Société canadienne du cancer (SCC)

Vous aimerez aussi:


Le cancer du sein vous préoccupe. C'est bien normal, puisqu'une femme sur neuf risque d’en être victime au cours de sa vie. Vous avez donc intérêt à bien connaître vos seins, ainsi que les facteurs de risque. Petit questionnaire pour tester vos connaissances.

Devant la controverse sur l’hormonothérapie substitutive (HTS), les produits de santé naturels (PSN) apparaissent comme une alternative prometteuse. Mais «naturel» ne signifie pas automatiquement «efficace». Une alternative, oui, mais à prendre au sérieux…

Cancer du sein:  prévenir en mangeant mieux Cancer du sein: prévenir en mangeant mieux
Le cancer du sein peut-il se prévenir en mangeant mieux? Tout à fait. C’est la réponse claire et nette que donnent les deux spécialistes du cancer que sont les Drs Richard Béliveau et Denis Gingras, auteurs du fameux Cuisiner avec les aliments contre le cancer.
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos