La santé oculaire

La santé oculaire

Par INCA organisme en santé visuelle

Crédit photo: iStockphoto.com

Cataracte (opacification du cristallin)

Les cataractes constituent une cause très courante de détérioration de la vision. Des progrès importants ont été réalisés dans le traitement de cette maladie ces dernières années et la plupart des personnes qui en sont atteintes peuvent maintenant espérer recouvrer la vue en totalité ou, du moins, en grande partie. 

Qu'est-ce qu'une cataracte?

Une cataracte est une opacification du cristallin, milieu normalement clair et transparent de l'oeil. Il ne s'agit ni d'une tumeur ni de la formation d'une nouvelle peau ou d'un nouveau tissu sur l'œil, mais plutôt de la formation d'une buée sur le cristallin proprement dit. Quand la cataracte apparaît, le cristallin devient aussi opaque qu'une fenêtre givrée et la lumière ne peut être correctement transmise à la rétine, ce qui produit une image qui n'est pas claire. Il arrive souvent, cependant, qu'une partie seulement du cristallin soit atteinte, et si la vue n'est pas considérablement affaiblie, il n'est pas nécessaire d'enlever la cataracte. En revanche, si une grande partie du cristallin est opacifiée, il peut y avoir perte partielle ou totale de la vision tant que la cataracte n'est pas extraite.

Causes et symptômes

Il y a bien des sortes de cataractes. La plupart sont causées par une modification de la composition chimique du cristallin, modification due au vieillissement, à l'hérédité, à une malformation congénitale, à une blessure à l'œil ou à certains troubles ou états pathologiques de l'œil ou de l'organisme. Le processus normal de vieillissement peut causer le durcissement et l'opacification du cristallin. C'est ce qu'on appelle la cataracte sénile. C'est la plus courant et elle peut apparaître dès l'âge de 40 ans.

Les cataractes peuvent se former à tout âge, aussi bien chez l'enfant que chez l'adulte. Chez l'enfant, elles peuvent être héréditaires ou avoir été causées par une infection ou une inflammation affectant la femme enceinte et son bébé. C'est ce qu'on appelle la cataracte congénitale et elle est présente dès la naissance. Les blessures aux yeux peuvent causer des cataractes à tout âge. Une lésion produite par un coup, un choc, une coupure, l'exposition à une chaleur intense ou une brûlure chimique peut endommager le cristallin et entraîner une cataracte traumatique. Certaines affections ou maladies, notamment le diabète, peuvent aussi provoquer l'opacification du cristallin. C'est ce qu'on appelle la cataracte secondaire.

Dépistage et diagnostic de la cataracte

Selon l'importance et la localisation des régions opacifiées du cristallin, la personne peut ne pas se rendre compte qu'elle a une cataracte. Si celle-ci se loge sur le bord externe de l'œil, il se peut que la personne ne remarque pas de changement dans sa vision, mais si elle est située près du centre du cristallin, elle porte généralement atteinte à la clarté de la vision. À mesure que la cataracte se développe, la vue peut devenir trouble, floue, imprécise. Il peut aussi y avoir diplopie. Les yeux peuvent devenir plus sensibles à la lumière, à l'éblouissement et à la réverbération aveuglante, ce qui rend la conduite d'un véhicule difficile le soir. Il peut être nécessaire de changer souvent la force des verres.

Plus la cataracte s'aggrave, moins les lunettes deviennent efficaces. Il peut être utile de tenir les objets plus près des yeux pour lire ou pour faire du travail de prévision. La pupille, normalement noire, peut changer sensiblement de couleur et sembler jaunâtre ou blanche.

Dépistage et diagnostic

D'ordinaire, les cataractes ne sont pas visibles de l'extérieur sans instruments appropriés. Si vous remarquez que votre vue devient moins claire, passez sans tarder un examen complet de l'oeil chez l'ophtalmologiste -le médecin spécialiste des soins oculaires.

Traitement

Lorsque la baisse de la vision est telle que la personne ne peut vivre comme avant ou poursuivre normalement son travail, il est probablement temps de faire retirer la cataracte. Le malade et l'ophtalmologiste décident ensemble, suivant les besoins du malade, quand l'extraction devient nécessaire.

La chirurgie est le seul moyen efficace pour enlever un cristallin opacifié. Le laser, faisceau de radiations lumineuses de grande puissance, n'est d'aucune utilité dans ce domaine; on peut cependant s'en servir, après l'extraction de la cataracte pour ouvrir une partie de la membrane du cristallin (la capsule), qui peut, elle aussi, s'opacifier après l'opération.

Même si le traitement des cataractes s'est amélioré ces dernières années grâce à la recherche et à l'évolution rapide des techniques, les gouttes oculaires, onguents, pilules, diètes spéciales et exercices des yeux n'aident pas à dissoudre ou à réduire une cataracte. L'opération a un taux élevé de succès et plus de 90% des patients qui la subissent recouvrent une acuité visuelle raisonnable. Il est important de comprendre que des complications peuvent survenir et qu'on ne peut garantir le succès de cette intervention pas plus que pour n'importe quelle autre.

Une fois le cristallin enlevé, le malade a besoin d'une nouvelle lentille pour focaliser la lumière. Ce peut être des lunettes, des lentilles cornéennes ou des lentilles intraoculaires, c'est-à-dire des lentilles permanentes implantées par chirurgie à la place du cristallin. Chacun de ces substituts du cristallin présente des avantages et des inconvénients. L'ophtalmologiste aide le malade à décider quelle lentille ou quelle combinaison de lentilles conviendra le mieux à son mode de vie et l'aidera à voir le mieux possible.

Le glaucome

Glaucome (perte de la vision périphérique)

Le glaucome est une maladie qui affecte un Canadien sur cent de plus de quarante ans. C'est l'une des principales causes de la cécité. Bien qu'il soit associé avec le vieillissement, le glaucome peut se développer à tout âge, même dans la petite enfance. La cause première du glaucome demeure inconnue, mais un certain nombre de facteurs de risque ont été déterminés, notamment l'âge, l'hérédité, la myopie (difficulté à voir de loin), une maladie générale comme une attaque ou une crise cardiaque prématurée, et une élévation de la pression intraoculaire.

La plupart des types de glaucome se caractérisent par une pression intraoculaire élevée, et c'est essentiellement à cela qu'il faut s'attaquer pour enrayer la maladie. Quand il y a équilibre entre la quantité de liquide (humeur aqueuse) qui arrive dans l'œil et la quantité qui s'en échappe, la pression intraoculaire est normale. Elle s'élève lorsque l'écoulement du liquide ne peut se faire. On croit pouvoir attribuer la perte de la vision dans le glaucome à la pression intraoculaire élevée, ainsi qu'à d'autres facteurs agissant sur le nerf optique, situé à l'arrière de l'œil. La diminution graduelle de la capacité de fonctionner du nerf optique entraîne imperceptiblement et sans douleur la perte de la vision périphérique.

Glaucome à angle ouvert

Le glaucome à angle ouvert est la forme de glaucome la plus courante. Les personnes qui en sont atteintes ne remarquent généralement aucun symptôme tant que la maladie n'est pas très avancée; c'est véritablement une maladie «insidieuse, qui rend aveugle». Elle n'empêche pas les gens de conduire, de lire et d'accomplir la plupart des tâches courantes, parce que d'ordinaire la vue n'est ni brouillée, ni voilée. Comme la perte de l'acuité visuelle est permanente et irrémédiable, il est de toute nécessité de diagnostiquer et de traiter la maladie au plus tôt pour préserver ce qui reste de vision.

Les tests de glaucome sont indolores et rapides. La pression intraoculaire est mesurée au tonomètre et le nerf optique est examiné à l'ophtalmoscope à travers la pupille. Selon les résultats, il peut être nécessaire de procéder à des examens plus poussés. Pour le traitement, on commence par donner au malade des gouttes oculaires, et parfois des pilules, qui font baisser la pression intraoculaire. Il arrive qu'on doive changer de sorte de gouttes. Cette maladie à vie demande un contrôle constant afin que le meilleur traitement soit apporté. Tous les médicaments ont un effet de courte durée et le médecin établit un schéma posologique strict.

La maladie ne sera pas aussi bien contrôlée si le sujet prend mal ses médicaments parce qu'il comprend mal le traitement. Si l'on ne parvient pas à contrôler la maladie avec les médicaments, il faudra peut-être recourir au traitement au laser, qui se fait en clinique externe, pour améliorer l'écoulement du liquide. En cas d'insuccès, la chirurgie sera peut-être indiquée.

Glaucome à angle fermé

Moins fréquent que le glaucome à angle ouvert, il se manifeste généralement par l'apparition soudaine d'une douleur sourde et persistante à un œil accompagnée d'une modification de la vision. Le sujet a la vue brouillée et voit des halos (arcs-en ciel) autour des lumières. Cela se produit très rapidement (en une demi-heure) et c'est un cas d'urgence! En cas d'attaque aiguë, on cherche avant tout à faire baisser la pression intraoculaire avant que l'œil ne soit irrémédiablement endommagé. Une petite ouverture (iridectomie) est alors pratiquée dans l'œil pour empêcher une nouvelle attaque.

Dépistage du glaucome

Il est important d'être conscient de la possibilité de souffrir du glaucome, surtout si l'on présente l'un ou l'autre des facteurs de risque (l'âge, l'hérédité, la myopie, une maladie générale comme une attaque ou une crise cardiaque prématurée et une élévation de la pression intraoculaire). Certains médicaments, comme les gouttes à la cortisone (stéroïdes) peuvent causer le glaucome. Tout trouble de la vue qu'on ne peut corriger au moyen de lunettes peut être un signe de glaucome.

Seul un professionnel compétent comme un ophtalmologiste peut déceler cette maladie qui rend aveugle. C'est pourquoi il est très important de se faire examiner périodiquement les yeux.

La presbytie et la DMLA

Presbytie (vieillissement de l'oeil)

À mesure qu'on avance en âge, il arrive souvent qu'on commence à avoir de la difficulté à focaliser pour lire ou pour effectuer un travail de près. C'est ce qu'on appelle la presbytie, qui est un processus de vieillissement normal de l'œil. Ce phénomène touche en général les gens de plus de quarante ans, âge où l'œil commence à perdre de sa souplesse.

Il est facile de corriger la presbytie au moyen de lunettes dont la force augmente avec l'âge. Des lentilles à double ou à triple foyers peuvent être prescrites aux personnes qui ont en même temps d'autres troubles de la réfraction comme la myopie (difficulté à voir de loin), l'hypermétropie (difficulté à voir de près) ou l'astigmatisme (déformation de la vision à cause de la courbure inégale de la cornée).

Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

On estime que 2,1 millions de Canadiens sont atteints de la DMLA, la plus importante cause de perte de vision chez les personnes âgées de plus de 50 ans. Ceci équivaut approximativement au nombre de Canadiens diabétiques ou atteints d’un cancer du sein. Par contre, seulement 30 % de la population sait que cette maladie est une maladie oculaire.

La DMLA est une maladie progressive qui attaque la vision centrale. Les personnes atteintes de DMLA peuvent ne plus être capables de lire, de conduire un véhicule automobile ou de distinguer le visage des membres de leur famille. Les coûts économiques, sociaux et personnels de la DMLA peuvent être dévastateurs. En raison du vieillissement de la population, le nombre de personnes atteintes de cette maladie devrait tripler au cours des 25 prochaines années.

Heureusement, il existe de nombreux renseignements sur la prévention de la DMLA et sur le style de vie qu’il est possible d’adopter lorsque atteint de cette maladie. Par ailleurs, de nouveaux traitements prometteurs semblent poindre à l’horizon. Consultez le site d’INCA pour en savoir davantage sur cette maladie.

Ces capsules d’informations ont été rédigées par INCA, un organisme caritatif communautaire national et enregistré qui se consacre à l’éducation du public, à la recherche et à la santé visuelle de tous les Canadiens. INCA fournit aux personnes vivant avec une perte de vision les services et le soutien nécessaires à une qualité de vie. Pour en savoir plus, visitez le site www.inca.ca ou appelez le 1-800-563-2642.

Mise à jour: septembre 2007

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos