Diabète: mieux vaut prévenir que guérir

Diabète: mieux vaut prévenir que guérir

Par Anne-Christine Schnyder

Crédit photo: Sharon McCutcheon via Unsplash

Le diabète est une maladie qui peut avoir de grandes conséquences. Tour des moyens de le prévenir et de le traiter afin d’éviter de graves complications. Au Québec seulement, 880 000 personnes sont diabétiques, dont 250 000 qui l’ignorent. Et environ une personne sur cinq serait prédiabétique!

Symptômes et facteurs de risque

Si on éprouve certains des symptômes décrits ci-dessous, il est temps de consulter un professionnel de la santé, car on est peut-être atteint de diabète sans le savoir.

- Fatigue et somnolence, besoin d’uriner plus souvent, soif intense, bouche sèche, faim exagérée, perte de poids involontaire, vision embrouillée, cicatrisation lente, infection des organes génitaux, picotements aux doigts et aux pieds.

- Glycémie plus élevée que la normale, hypertension, être âgé de 40 ans et plus, avoir un surplus de poids, un tour de taille élevé, une mauvaise alimentation ou des antécédents familiaux, être inactif et de sexe masculin augmentent les risques de développer la maladie.

Cela dit, intégrer l’activité physique à sa routine quotidienne, adopter une saine alimentation et gérer son stress peut aider prévenir le diabète de type 2 ou à en retarder l’apparition.

Nouveaux traitements

Vu la prévalence du diabète, des recherches pour en améliorer la prise en charge sont constamment en cours. De nombreux outils pour surveiller la glycémie, par exemple – dont un pancréas artificiel et un capteur de glycémie implanté dans l’avant-bras – sont actuellement en phase de test, et des médicaments sont en développement, dont le sémaglutide sous forme de comprimé (il existe déjà en injection). Ce traitement par voie orale, bien plus «convivial» que les injections, permettrait de faire baisser le taux de glycémie en stimulant la sécrétion naturelle d’insuline, de favoriser la perte de poids en provoquant un sentiment de satiété et, donc, de retarder le début de la prise d’insuline. Le groupe biopharmaceutique danois Novo Nordisk compte lancer ce produit en 2020.

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Le temps d’une trêve

Vidéos