COVID-19: 7 questions (et réponses) sur le variant Omicron

COVID-19: 7 questions (et réponses) sur le variant Omicron

Par Sandrine Champigny

Crédit photo: Markus Winkler via Unsplash

On fait le tour des interrogations les plus pressantes avec le professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM et spécialiste en virologie, Benoît Barbeau.

 

Dois-je m’en inquiéter?

«Beaucoup d’informations manquent au sujet de ce variant. Celui-ci est sous haute surveillance, car il présente de nombreux changements à sa surface, qui pourraient le rendre moins aisément neutralisé chez une personne vaccinée.» Donc on s’en inquiète oui, mais nul besoin de paniquer, du moins pas tant qu’on n’a pas en mains plus d’informations.

 

Le variant est-il résistant aux vaccins?

Difficile de se prononcer pour le moment, l’expert reste donc prudent. «Ce virus pourrait être partiellement résistant aux vaccins actuels, bien que des données supplémentaires seront nécessaires avant de faire une telle affirmation.»

 

En quoi ce variant est-il plus dangereux que ceux observés dans les derniers mois?

Dangereux, potentiellement, et hautement transmissible, certainement. «L’ensemble de ses mutations sembleraient lui conférer un très haut taux de transmission. Même plus élevé que le variant Delta, si bien qu’il pourrait surclasser ce dernier.»

 

J’ai un voyage prévu durant les Fêtes, devrais-je l’annuler?

En plus du variant, les cas sont à la hausse mondialement. Il peut donc être préférable de mettre de côté nos plans de voyage. «Les voyages à l’extérieur du pays sont peu recommandés, surtout pour les personnes dites vulnérables. Cependant, si vous planifiez de voyager, informez-vous de la situation épidémiologique au lieu de votre séjour et assurez-vous de prendre les précautions nécessaires. La distanciation, le lavage des mains et le port d’un BON masque s’avèrent de bons choix pour se protéger plus adéquatement.»

 

Vacciné deux fois, suis-je à risque de l’attraper?

«Les vaccins à ARN démontrent une très bonne efficacité, mais sont moins efficaces après 6 mois, principalement en lien avec le risque d’infection et l’apparition de symptômes. Pour ce qui est des risques des développer des symptômes graves, les données en provenance d’Israël indiquent une tendance similaire. Cependant au Québec, notre protocole de vaccination (avec un délai plus grand entre les deux doses) semble nous offrir une meilleure protection et ainsi nous pourrions bénéficier d’une durée d’efficacité plus longue, entre autres au niveau des risques de développer des symptômes graves et de décès.»

 

Les troisièmes doses de vaccin proposées nous aideront-elles à lutter contre le variant?

«En plus de l’arrivée du variant omicron et des températures plus froides et donc des activités intérieures plus fréquentes, il serait préférable présentement d’opter pour une troisième dose pour les personnes âgées afin de restimuler la réponse immunitaire et la production d’anticorps et ainsi maximiser la protection face au virus SRAS-CoV-2 et ses variants.»

 

Pourrais-je recevoir à Noël?

Oui! Le gouvernement a annoncé que des rassemblements de 20 personnes vaccinées seraient permis à compter du 23 décembre. 

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Éditrice et rédactrice en chef

Briser la glace

Vidéos