Mettre du piquant dans sa vie sexuelle!

Mettre du piquant dans sa vie sexuelle!

Par Suzanne Décarie

Crédit photo: iStockphoto.com

Le sexe constitue une partie importante de la vie, affirment 92% des Canadiens de 40 ans à 80 ans interrogés dans le cadre d’un vaste sondage sur la sexualité mené en juin 2001 par la firme Léger Marketing. Après 65 ans, la vie sexuelle reste encore importante pour une forte majorité. De nombreux couples apprécient même leurs rapports sexuels davantage que lorsqu’ils étaient jeunes: ils connaissent mieux leur corps et ses réactions, ils ont plus de temps, moins de blocages, plus de confiance et de respect mutuels, et ils n’ont plus rien à prouver!

«En vieillissant, la sexualité des hommes et des femmes se ressemble plus», remarque Diane Brouillette, sexologue clinicienne en pratique privée et à l’hôpital Saint-Luc de Montréal. Comme bien des femmes, les hommes ont alors besoin de préliminaires amoureux et d’un contexte de détente et de communication pour bien fonctionner sexuellement.

Ce qui mine le désir...

Si la complicité, l’admiration, la sécurité et la confiance jouent en faveur du désir sexuel, il est malheureusement facile à empoisonner. Il arrive qu’avec le temps, nous mettions notre vie sexuelle en veilleuse ou que nous nous retrouvions si fatigué le soir venu que la libido reste au repos… Nous n’avons plus la forme de nos 20 ans, nous mettons plus de temps pour atteindre le même niveau d’excitation et de satisfaction.

Les changements hormonaux entraînent chez certaines femmes une sécheresse vaginale, cause d’inconfort et de douleurs pendant les relations sexuelles. «Après 40 ans se produit un changement physiologique, constate la sexologue. Près du tiers des hommes connaissent alors des difficultés érectiles majeures et plus de 50% éprouvent des difficultés érectiles de tout ordre. Le corps devient plus fragile. Et la fonction sexuelle se fragilise sous l’effet du stress et de la fatigue.» Entre les devoirs et les obligations, l’amour se voit souvent relégué à… plus tard.

Dépression, médicaments, désir de performance, aventure, routine, frustrations, stress, colère, anxiété, manque de confiance… autant de poisons qui enveniment la relation. Si la libido est essoufflée et si l’on évite les relations sexuelles, il faut se questionner et agir, au risque d’être pris dans un drôle de cercle: comme on a moins de désir, on fait l’amour moins souvent, comme on fait l’amour moins souvent, on est moins proche, comme on est moins proche, on a moins de désir et on fait l’amour moins souvent…

La baisse de désir

«On note souvent une baisse de désir d’origine physiologique, remarque Diane Brouillette. Les femmes ont 10% de la testostérone – hormone du désir sexuel – des hommes. À la ménopause, elles en perdent 50%. Il n’est pas étonnant qu’elles connaissent alors une baisse de désir!» Plus de 1 homme sur 3 souffre de troubles de l’érection après 40 ans. Alors, blessés dans leur intégrité, bien des hommes n’osent pas s’en ouvrir à leur partenaire, préférant éviter tout rapprochement. Les femmes qui sentent le malaise de leur conjoint se taisent pour ne pas l’amplifier. En évitant la question, on s’éloigne, même affectivement. On ne se permet plus de s’embrasser ou de se câliner de crainte que l’autre ne prenne cela pour une invitation à l’amour… Selon l’enquête, à peine 30% des gens parlent de leurs besoins sexuels à leur conjoint.

Il n’est pas toujours facile de percevoir ce qui freine notre désir. Avec son regard extérieur et son expérience professionnelle, un thérapeute peut nous aider à identifier les situations ou les comportements qui nuisent à une vie sexuelle harmonieuse.

Quand on connaît la cause, il faut l’aborder, en discuter à froid, en dehors du contexte. Tant que nous l’évitons, nous ne réglons rien. Si l’autre ne sait pas ce qui nous dérange, il ne peut rien y changer. Il est donc important de parler de notre sexualité, et d’exprimer tant ce qui ne va pas que ce qui nous convient. Car on change souvent plus facilement les choses en soulignant les bons coups qu’en critiquant les mauvais ! On n’hésitera donc pas à partager ce que l’on aime, à relever tel geste, telle caresse, telle parole ou telle attitude qui nous ont plu. Et l’on pensera également à interroger l’autre...

Pour briser la routine

«Il suffit parfois de changer de côté de lit pour relancer sa sexualité !», lance Yvon Dallaire. On brisera la routine par des préliminaires différents, des caresses et des contacts sensuels, des massages, des lectures, des bains à deux, des jeux… L’éventail est vaste. Plus un couple use de créativité et d’énergie pour empêcher la routine de s’installer, plus il sera satisfait de sa sexualité.

Selon Les baby-boomers au lit. Attitudes, opinions et comportements sexuels de la génération des baby-boomers, un sondage Ipsos-Reid/Pfizer Canada mené auprès de Canadiens de 40 à 64 ans, près de 50% des baby-boomers accepteraient de passer un week-end en amoureux si leur partenaire les y invitait! De ce nombre, 30% liraient un livre, écouteraient une cassette vidéo éducative ou participeraient à une retraite de couple afin de parfaire leurs techniques sexuelles; 28% essayeraient un jeu ou un jouet sexuel à la demande de leur partenaire, alors que 24% auraient recours à une thérapie de couple si cela s’avérait important pour leur partenaire. Toutefois, seuls 11% des couples s’octroient des congés romantiques.

«Il n’est pas essentiel de partir en week-end amoureux pour raviver la flamme», note Diane Brouillette, mais il est par contre nécessaire de se réserver chaque semaine un moment pour une activité de plaisir dans la détente – balade, cinéma, théâtre, restaurant… –, de l’inscrire à son agenda et de la maintenir. «On crée ainsi un moment d’intimité qui constitue un pont vers le désir sexuel, explique la sexologue. On ne fait peut-être pas l’amour à ce moment-là, mais il s’installe un désir de rapprochement qui finira par s’actualiser.»

Stimulez l'envie!

  • Surprenez-vous l’un l’autre. Expliquez à votre partenaire pourquoi vous avez besoin de passer du temps à ses côtés. Dévoilez vos sentiments, révélez certains de vos désirs, de vos craintes ou de vos souvenirs intimes.
  • Ne vous mettez pas de pression sexuelle. Ne croyez pas qu’il vous faut absolument faire l’amour et performer à tout prix, cela risque d’éteindre le désir. «La sexualité est bien plus qu’un orgasme, c’est le partage d’un moment de plaisir intime, physique et émotif», définit Diane Brouillette.
  • Misez sur le bien-être général, sur la détente, le désir de partager un moment de plaisir. «Si vous créez un moment d’intimité et de bien-être, éléments de base de la sexualité, vous vous rapprocherez éventuellement.»
  • Sachez que les meilleurs moments pour l’amour sont le matin, alors que le taux de testostérone est à son meilleur, ce qui favorise le désir et l’érection, à l’heure de la sieste de l’après-midi ou en début de soirée, rarement tard le soir, alors que l’on porte le poids du stress et de la fatigue de la journée.


Vous devez utiliser un lubrifiant ou du Viagra? Intégrez-les dans vos jeux de séduction. Trouvez des façons de vivre confortablement vos relations sexuelles en ne mettant pas l’accent sur la pénétration. Prolongez les préliminaires amoureux, le temps nécessaire pour atteindre une pleine excitation. «Le fait d’être ainsi dans la détente sans viser la performance permet souvent de régler certains dysfonctionnements», note Diane Brouillette.

Soyez flexible et ouvert à des scénarios érotiques variés dans la mesure où vous vous y sentez bien. Ne refusez rien d’emblée. Essayez, et si vous ne vous sentez pas bien, arrêtez.

Et n’oubliez surtout pas que le but de la sexualité, c’est le plaisir. On fait d’abord l’amour pour échanger, pour se rapprocher, pour «fabriquer de l’amour», comme le dit si bien le psychologue et sexologue Yvon Dallaire.

Pour en savoir plus

  • Association des sexologues du Québec, (514) 270-9289.
  • Qui sont ces couples heureux? Surmonter les crises et les conflits du couple, par Yvon Dallaire, Éditions Option Santé, 2006, 286 p., 24,95$.
  • Pour que le sexe ne meure pas. La sexualité après 40 ans, par Yvon Dallaire, Éditions Option Santé, 1999, 265 p., 19,95$.
Vous aimerez aussi:
Ménopause et sexualité
Que l’on parle des bouffées de chaleur, de fatigue ou de sécheresse vaginale, les changements vécus à la ménopause peuvent avoir un impact sur la sexualité.
Il n’y a pas de limite d’âge chez la femme pour être active sexuellement et bon nombre d'entre elles trouvent que leur désir s’accroît avec l’âge.
Divorcés, séparés ou veufs, ils sont nombreux ces quinquagénaires qui souhaitent rencontrer l’âme sœur pour poursuivre leur chemin en bonne compagnie.
Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, Rédactrice en chef

Crier sur la plage

Vidéos