Le Bel Âge ne supporte plus votre navigateur. En savoir plus

Le poids santé… à tout prix?

Le poids santé… à tout prix?

Par Marie-Josée Roy

Crédit photo: yunmai via Unsplash

On allie souvent minceur et santé. Pourtant, plusieurs facteurs autres que le poids ont un impact déterminant sur notre forme physique. Enquête. 

Monique avait 55 ans quand elle a décidé d’en finir avec les régimes. Après des décennies à tenter de perdre ses kilos en trop, elle a changé d’approche. «C’était toujours la même histoire: je maigrissais, je maintenais mon poids pendant quelques mois, puis je recommençais à manger normalement et je reprenais ce que j’avais perdu, voire davantage», raconte celle qui a toujours mené une vie active. «Mon conjoint est très sportif et je l’accompagne souvent dans ses expéditions. Nous faisons du vélo, de la randonnée, du ski de fond…»Exaspérée par des années de privation, Monique mise désormais sur un mode de vie sain… sans tenir compte des chiffres indiqués sur le pèse-personne. «J’ai redécouvert le plaisir de cuisiner, dit-elle. Après la ménopause, mon poids s’est stabilisé et je me sens beaucoup mieux dans ma peau.» Aujourd’hui âgée de 63 ans, Monique ne se soucie plus du tout de ses quelques livres en trop: elle se sent en parfaite santé!

 

Une notion contestée

La nutritionniste Guylaine Guevremont l’affirme d’emblée: l’indice de masse corporelle (IMC), obtenu en divisant le poids en kilogrammes d’un individu par le carré de sa taille en mètres, a d’abord été élaboré pour comparer des populations entre elles. «Ça n’a jamais été construit pour être utilisé individuellement. Il y a beaucoup trop de variations d’une personne à l’autre, notamment entre les hommes et les femmes.» Pourtant, la fameuse notion de poids santé s’y réfère: une personne ayant un IMC supérieur à 25 est considérée comme étant en surpoids, et ce, peu importe son mode de vie. 

«Si vous avez un IMC de 27, mais que vous marchez plusieurs fois par semaine, que vous ne fumez pas, que vous avez une alimentation saine et une bonne masse musculaire, votre surpoids ne décrit absolument pas votre niveau de risque. Il faut arrêter de parler du poids santé. Le poids ne doit pas être l’objectif primaire», rappelle Jean-Pierre Després, docteur en physiologie de l’exercice et professeur au département de kinésiologie de la faculté de médecine de l’Université Laval.

Mais d’où vient donc cette notion de poids santé? «Si on regarde la petite histoire, ça serait lié aux compagnies d’assurances», indique Guylaine Guevremont, qui préfère miser sur le poids naturel ou poids d’équilibre. «Le poids naturel, pour moi, c’est le poids le plus santé qu’on puisse avoir. C’est le poids que notre corps est programmé pour peser.» Monique, dont le nombre de kilos s’est stabilisé après l’adoption de saines habitudes de vie, a donc atteint son poids d’équilibre. 


La minceur, un gage de santé?

On a tous connu des gens qui conservaient une taille de guêpe en dépit d’habitudes de vie laissant à désirer. La minceur serait-elle une panacée contre les problèmes de santé? Absolument pas, répond Jean-Pierre Després: «On peut afficher un poids santé mais être sédentaire. Cette notion-là n’est pas suffisamment véhiculée: l’être humain n’est pas configuré pour la sédentarité. Il est fait pour bouger.» Un surplus de poids n’est donc pas synonyme de santé en déclin, tout comme la minceur ne garantit pas une forme du tonnerre.

«Le facteur qu’on néglige toujours, c’est le stress, qui nuit beaucoup plus à la santé que le poids», rappelle Guylaine Guevremont. Il faut savoir que notre morphologie dépend d’une variété de facteurs indépendants de nos habitudes de vie, dont les changements hormonaux et la génétique. «L’hérédité fait en sorte qu’on a une certaine morphologie. Qu’on l’apprécie ou non, c’est celle qu’on aura tout au long de notre vie. Mieux vaut travailler à l’accepter plutôt que d’essayer de transformer notre corps pour satisfaire des critères complètement aléatoires.»

Chez la femme, la ménopause entraîne des changements sur le plan morphologique. Les tissus adipeux, auparavant répartis sur les cuisses et les fesses, tendent alors à épaissir la taille. «On a étudié des femmes sur une période de sept ans, raconte Jean-Pierre Després. Elles n’ont pas pris de poids et leur quantité de graisse corporelle totale n’a pas changé, mais on s’est rendu compte que leur graisse interne viscérale avait augmenté de 30 %. Que s’est-il passé? Elles ont perdu un peu de masse musculaire parce qu’elles vieillissaient et elles ont pris un peu de ventre, mais ça ne paraissait pas sur le pèse-personne.»

 

Objectif: santé globale

Si l’IMC n’est pas une donnée fiable pour évaluer précisément notre état de santé, quels sont alors les facteurs à considérer? «Le tour de taille, c’est un signe vital. Il ne doit pas augmenter avec les années», affirme Jean-Pierre Després. Selon le chercheur, le simple fait de diminuer son tour de taille de 4 cm peut faire une grande différence quand on souffre d’une maladie chronique comme le diabète de type 2. «La graisse des fesses et des cuisses protège contre les maladies cardiovasculaires et le diabète. Par contre, le gras abdominal est une bombe à retardement: il augmente le risque de souffrir d’apnée du sommeil, de diabète et de maladies cardiovasculaires.»

Mener une vie active dans la mesure de nos capacités joue aussi un rôle capital dans le maintien d’une santé optimale. «Est-ce qu’on est sédentaire? Est-ce qu’on bouge? Il est important de voir la santé dans un aspect beaucoup plus global. Si on se fie seulement au poids, on passe à côté de plein d’autres facteurs», souligne Guylaine Guevremont. Mener une vie active et s’alimenter de façon équilibrée devrait être au cœur de nos préoccupations, qu’on soit en surpoids ou pas.

«L’indicateur le plus déterminant pour notre état de santé, c’est une bonne condition cardiorespiratoire», ajoute le physiologiste, qui insiste sur l’importance de la prévention: «Ce n’est pas vrai qu’on a besoin de vivre comme des moines pour maximiser nos chances de vivre en santé, mais encore faut-il avoir des balises claires.»

 

L’équilibre avant tout

Comme l’expérience de Monique le démontre, il n’est pas toujours facile de développer une attitude saine vis-à-vis de notre poids quand les standards de beauté nous imposent des idéaux de minceur irréalistes. «J’ai dû consulter une psychologue pour me débarrasser de mon rapport malsain à la nourriture. J’avais perdu le plaisir de manger et il m’arrivait d’avoir des rages de sucre quand je m’étais privée trop longtemps», souligne celle qui se décrit comme une «mangeuse émotive en rémission».

«Plus on est obsédée par notre poids, moins on est bien, résume Guylaine Guevremont. La santé, c’est de se sentir utile, de bien manger par souci de prendre soin de soi. Manger des choses qu’on aime quand on en a le goût, c’est important.» Pour trouver un juste équilibre, la nutritionniste prône d’ailleurs les vertus de l’alimentation intuitive, selon laquelle «on mange quand on a faim, on arrête de manger quand on n’a plus faim et on mange ce dont on a envie. Plus on sera capable d’écouter nos signaux de faim et de satiété, plus on sera branchée sur les besoins de notre corps.»

En se libérant des contraintes liées à la nourriture, on permet à notre organisme de nous signifier ce dont il a besoin. Qu’on le veuille ou pas, notre corps se transforme en vieillissant et nos besoins évoluent: aussi bien faire la paix avec les diktats sociaux et privilégier une bonne santé globale plutôt qu’une taille de guêpe. «Il faut arrêter de combattre notre corps, ajoute la nutritionniste. Retourner à nos signaux de faim, arrêter d’être obsédée par la nourriture et d’avoir des préoccupations excessives concernant notre image corporelle, c’est déjà améliorer grandement notre santé. Et c’est un super cadeau à se faire.»

 

Ressources utiles 

• Le site grossophobie.ca.

• Le Centre de recherche en santé durable VITAM, vitam.ulaval.ca. 

Mangez! Un livre antirégime, prominceur, progourmandise, de Guylaine Guevremont et Marie-Claude Lortie, Les Éditions La Presse, 17,99 $, en version numérique seulement.

 

Grossophobie? Non merci!

Édith Bernier, conférencière et consultante en inclusion des personnes grosses, a fait de la grossophobie son cheval de bataille. «Être gros, présentement, ça fait jaser... et ça fait rarement jaser en bien», affirme-t-elle en déplorant les nombreux préjugés dont les personnes en surpoids sont l’objet. «Tu peux être gros et en santé, mais aussi, mince et en mauvaise santé. Il faut briser cette association-là. Il y a des athlètes qui sont gros. Et il y a des personnes minces qui fument, qui sont stressées, qui mangent mal, qui sont sédentaires, qui ont une santé mentale au quatrième sous-sol… Bref, la minceur n’est pas un gage de bien-être.»

Les conséquences de la grossophobie sont particulièrement marquées chez la gent féminine. «On voit de plus en plus de troubles alimentaires chez les femmes de 40, 50 et 60 ans. On ne s’en rend pas toujours compte, parce qu’elles ont simplement l’air de faire attention à ce qu’elles mangent.» Or, l’ouverture et la bienveillance, que ce soit envers soi-même ou les autres, devraient figurer au menu. «Pourquoi se contenter d’un modèle unique de beauté? s’interroge Guylaine Guevremont. Des corps avec des formes, des corps musclés, des corps longilignes, c’est beau. Pourquoi tout ça ne pourrait pas être beau en même temps?»

Je fais mon budget beauté

Entre nous

Le billet d'Aline Pinxteren, rédactrice en chef

Lumières de courtoisie

Vidéos